Qu’est-ce que la Vision Zéro ?

  Le texte qui suit est extrait de Les transports sûrs et durables, Conférence Européenne des Ministres des Transports (CEMT), 2003. pp. 11-13. Cliquez ici pour lire le texte integrale (PDF), et ici pour des informations sur Vision Zéro Canada.


Qu’est-ce que la Vision Zéro ?

Contribution de Claes TINGVALL

Directeur de la sécurité routière

Swedish National Road Administration (SNRA)

Borlange – Suède

Le 9 octobre 1997, le Parlement suédois a adopté, à une large majorité, le Projet de loi sur la sécurité routière fondé sur la “Vision Zéro”. Cette loi traduit une approche radicalement nouvelle de la sécurité routière.

Qu’est-ce que la Vision Zéro ?

La Vision Zéro repose sur l’idée qu’il est moralement inadmissible que la route continue à être à l’origine de morts ou de blessés graves. Elle est centrée sur un objectif explicite et développe une stratégie à la fois très pragmatique et fondée sur des bases scientifiques qui met en cause l’approche traditionnelle en matière de sécurité routière.

Vision Zéro : un objectif

L’objectif à long terme est de parvenir à ce que la Suède ne déplore plus aucun mort ni aucun blessé grave dus à la circulation routière.

Une nouvelle approche de la sécurité routière

Pendant de nombreuses années, les travaux menés pour améliorer la sécurité routière visaient essentiellement à encourager les usagers de la route à adopter les comportements voulus face aux nombreuses exigences découlant d’un système de circulation routière créé par l’homme et de plus en plus complexe à l’aide des moyens classiques suivants : procédure d’obtention du permis de conduire, contrôles, formation et campagnes publicitaires. Traditionnellement, la responsabilité de la sécurité reposait sur les usagers du système de transport plutôt que sur ses concepteurs.

La Vision Zéro est fondée sur une approche radicalement nouvelle de la sécurité routière ainsi que de la conception et du fonctionnement du système de transport routier. Cette approche préconise de cesser de rechercher les moyens de permettre aux utilisateurs de mieux tirer parti de ce système pour s’intéresser aux moyens d’améliorer son fonctionnement d’ensemble dans des conditions de sécurité. Par ailleurs, l’adoption de la Vision Zéro conduit aussi à ne plus donner la priorité à la réduction du nombre d’accidents de la circulation mais à l’élimination des risques d’accident de la circulation de nature à entraîner des handicaps.

Vision Zéro : principes d’action

♦ Il importe d’adapter le système de circulation routière pour lui permettre de mieux tenir compte des besoins, des erreurs et des faiblesses des conducteurs de véhicules.

♦ Le niveau de sollicitation bio-mécanique que le corps humain peut tolérer sans être gravement blessé ou tué est le principal paramètre pris en compte pour la conception du réseau de transport routier.

♦ La vitesse des véhicules est le facteur le plus important qu’il importe de réguler pour garantir la sécurité de la circulation. Elle devrait être déterminée par les normes techniques des routes et des véhicules, de manière à ne pas dépasser le niveau de sollicitation bio-mécanique que le corps humain peut tolérer.

La Vision Zéro reconnaît qu’il est irréaliste d’essayer d’empêcher tous les types d’accidents.

L’objectif est de parvenir à les contrôler de manière à ce qu’ils ne provoquent pas de graves dommages corporels. L’objectif à long terme est de parvenir à mettre en place un réseau de transport routier qui tolère les erreurs humaines mais permet d’éviter les blessures graves.

S’il est vrai que, d’après ce concept, les responsabilités en matière de sécurité sont partagées entre les concepteurs et les utilisateurs du système, en dernier lieu, c’est aux concepteurs qu’il appartient de prendre les mesures correctrices requises.

Vision Zéro : le concepteur du système de transport routier a une responsabilité première

♦  Les concepteurs du système de transport routier sont responsables de sa conception, de son fonctionnement et de son utilisation et sont donc, de ce fait, responsables du niveau de sécurité de l’ensemble du système.

♦ Les conducteurs de véhicules sont tenus pour responsables de respecter les règles d’utilisation du système de transport routier définies par ses concepteurs.

♦ Si les usagers ne respectent pas ces règles parce qu’ils ne les connaissent pas, ne les acceptent pas ou n’en sont pas capables, il appartient aux concepteurs du système de prendre les moyens complémentaires nécessaires pour éviter qu’il n’y ait des morts ou des blessés.

La Vision Zéro définit les principes que devraient respecter les citoyens, les responsables, les
autorités publiques, le marché et les médias pour assurer l’efficacité de la stratégie.

Vision Zéro : principes à respecter

♦ Les responsables politiques ne doivent pas permettre que le transport routier soit plus dangereux pour la santé publique que d’autres modes de transport ou d’autres grands systèmes technologiques.

♦ Il importe que les professionnels considèrent que les dommages causés à la santé par les accidents de la circulation constituent un aspect inacceptable sous l’angle de la qualité des produits et des services liés au transport routier.

♦ Il appartient aussi aux usagers de considérer que les dommages corporels dus aux accidents de la route sont inadmissibles, en prenant conscience des efforts à déployer pour mettre en place un système sûr, et de jouer un rôle actif en se montrant exigeants envers la société et les constructeurs de véhicules pour assurer la sécurité de la circulation routière. 

Il importe d’agir dans plusieurs domaines pour parvenir à mettre en place un système de circulation routière sûre :

Vision Zéro : stratégie d’action à mettre en place pour :

♦ Prévenir les accidents de nature à provoquer de graves blessures.

♦ Atténuer la gravité des blessures en cas d’accident.

♦ Réduire au maximum la gravité des conséquences de ces blessures grâce à la mise en place d’un système efficient de secours, de soins de santé et de rééducation.

Un programme d’action destiné à assurer la sécurité de la circulation routière, fondé sur les résultats et sur les principes exposés ci-dessus sera défini par les organismes suédois compétents de manière à ce que les futurs travaux destinés à améliorer la sécurité routière permettent d’atteindre à long terme l’objectif visé par la Vision Zéro.

On considère qu’il devrait être possible de réduire d’un quart, au cours des dix années à venir, le taux de mortalité routière pour le ramener à un tiers.
Advertisements